Introduction !!

Bonjour,
ceci est le première article de ce blog. ça en est l'introduction.
depuis l'âge de 7 ans je suis scout et aujourd'hui encore à travers l'AISG/ISGF.
j'ai un peu voyagé à travers le monde (Indes, Liban, Japon ) et depuis peu de retour en France en Picardie.
j'aime la nature, les activités outdoor comme la randonnée, l'observation des animaux, mais également les traditions artisanales.
je ne suis pas du tout un écologiste acharné, je profite à 100% des bienfait de la civilisation moderne, je ne crache pas sur le nucléaire, et j'aime prendre l'avion !
mais j'avoue que j'aime le plus souvent possible me retrouver dans la nature, quand j'habitais au pied des montagnes japonaises face au Mont Fuji, c'était facile !!
mais la nature peut être une amie et une ennemi, il faut donc la connaitre et savoir vivre avec.
petit à petit j'ai donc appris pas mal de chose pour vivre dans la nature, je ne dis pas que je sais tout ou que j'ai apprivoisé la nature.........ce serais stupide de ma part !!!
je souhaite donc, à travers ce blog, partager ces techniques et observations.
pourquoi ? !!!!
parce que j'ai souvent vu des personnes vouloir jouer à Rambo ou à Robinson Crusoé sans avoir une base de connaissance nécessaire ! sans même savoir comment allumer un feu avec un briquet, du papier et du bois sec en abondance !!
parce que j'ai rencontré des personnes ayant lu des ouvrages fort savant sur la survie, sur la consommation de plantes sauvages en ayant oublié que ces livres concernaient l'Europe et non l'Asie (alors que je vivais au Japon)!
et parce que j'ai plusieurs fois vu des papa la tête basse dire à leur fils qu'ils ne savaient pas de quel côté se lève le soleil !
donc ce blog ne s'adresse pas à expert de la randonnée, aux guides de haute montagne ou au formateur de survie mais à tout ceux qui souhaitent essayer autre chose, apprendre autre chose.

point important !!!
dans ce blog, tout est fait par moi-même, j'ai testé toutes les technique présentée.
si je ne sais pas et bien.......je ne sais pas ! et je le dirais en tout honnêteté !!!
celui qui admet ne pas savoir peut apprendre !! j'ai encore beaucoup de chose à apprendre !

je suis ouvert à tout commentaire, je n'en effacerais aucun .
je suis également ouvert à toute suggestion.....

bonne lecture !!

samedi 31 janvier 2009

Fiche 33 : Kuma suzu




quand je suis arrivée au Japon, et que j'ai dis que j'allais faire de la randonnée, on m'a vite conseillé d'acheter une "Kuma suzu"..................!!!!!!!!!!.................?????????????

une kuma suzu c'est une clochette que l'on porte sur son sac à dos, sur son bâton de marche ou sur soi pour faire du bruit et pour effrayer les ours (kuma=ours en japonais).

donc j'en ai acheté une et on m'en a donné une autre paire.

ça fait vraiment du bruit !!
pas d'ours, mais pas d'autres animaux non plus !

mais ici les ours sont une réalité dont il faut tenir compte lorsque l'on se promène en montagne.

donc ....

mais attention, j'ai entendu dire, que dans les Pyrénées, la clochette à ours est fortement déconseillée car elle semble provoquer l'effet inverse, elle attire l'ours plutôt que de l'éloigner .....à vérifier !

vendredi 30 janvier 2009

Fiche 32: kit de randonnée



au Japon, on trouve dans les magasins d'outillage un kit d'outils pour le camping ou la randonnée.
ce kit est composé d'un nata et d'une petite scie dans un étui en plastique permettant le port à la ceinture.



Mes impressions :


Avantages:

les deux outils coupent bien et sont agréables à utiliser.

ensemble dans un même étui, permet de ne pas chercher l'un ou l'autre.







Inconvénients:

le port à la ceinture n'est pas vraiment pratique.
ça fait beaucoup de bruit.


mais attaché sur le sac à dos..........pourquoi pas !

jeudi 29 janvier 2009

Fiche 31: bushcraft et survie

le bushcraft, c'est "l'art" de savoir vivre avec , dans la nature, savoir utiliser ce que la nature nous donne pour vivre
la survie, c'est "l'art" de prolonger la vie et donc de trouver les moyens de conserver la vie.

c'est deux domaines sont dons intrinsèquement liés.
le bushcraft en tant que loisir peut, par les connaissances qu'il apporte, permettre de survivre.
la survie, par les questions qu'elle pose, permet au bushcraft d'évoluer.

il existe de nombreux sites internet qui traitent de ces domaines, surtout en anglais.

pour la France, il existe un site très bien fait donc l'initiateur est M. David Manise, instructeur de survie.
le site s'appelle "Vie Sauvage et Survie".


la partie Wiki / encyclopédie est très riche, elle est a consulter en priorité :

http://www.davidmanise.com/mediawiki/index.php/Accueil


le forum sert à compléter ses recherches et donc vient en second lieu :

http://www.davidmanise.com/forum/index.php

ne pas y aller pour savoir comment on joue à Rambo le dimanche entre la messe et la repas chez mamie !
ce n'est pas non plus un site pour ado qui cherchent comment réussir à détruire son ennemi durant les séances de paintball !

mardi 27 janvier 2009

Fiche 30: les kits de survie









Les kits de survies sont très à la mode. on en trouve très facilement tout préparé sur internet et à tous les prix .

un kit de survie, ça sert à quoi ?

à survivre, c'est à dire à rester en vie dans une situation difficile (typhon, tremblement de terre, crash d'avion etc ......)

or toutes les situations difficiles, catastrophiques ne sont pas les mêmes et l'équipement pour survivre sera différent pour un tremblement de terre au Japon ou un crash d'avion sur une île du Pacifique sud !

ainsi les kits du survie tout prêts vendus sur internet ou dans les surplus etc ...peuvent être une base mais cette base DOIT ÊTRE ADAPTÉE, retravaillée.

les éléments essentiel d'un kit sont (à mon avis):

- un couteau/ quelque chose pour couper
- de quoi faire du feu (2 moyens différents: briquet, firesteel)
- un allume feu (bois gras, coton vaseliné)
- de quoi transporter de l'eau et la purifier (micropur)
- de quoi s'éclairer (mini lampe LED)
- une couverture de survie
- une bougie chauffe-plat (éclairage, chauffage, allume-feu)
- un sifflet de détresse

en général, quand je suis en randonnée, j'ai tout ces éléments dans mon sac banane.

si je part en voyage, je prend une boite avec plein de truc, c'est un kit que j'ai préparer et que je touche rarement, il est dans le sac au cas où.....j'en ai besoin survie ou pas !





j'ai également composé un mini kit à porter autour du cou comme certains le préconisent mais pour le moment, je ne suis pas convaincu !

27 janvier 09 petite reconnaissance

Dans notre village, nous avons décidé de remettre en service quelques anciens chemins de randonnée....plus ou moins abandonnés.

bien évidemment, il faut d'abord reconnaitre les lieux !

c'est ce que nous avons fait aujourd'hui.....nous ...on était deux.
M. Oliuchi, ancien sauveteur bénévole sur le Mont Fuji, guide de montagne (éco guide) à ses heures perdues !
et moi-même
autrement dit...et sans prétention..les deux seuls capables de ce genre de travail !

donc départ tranquille à 9H30

1ère montée, évaluation de la difficulté, durée etc ...
vérification d'un autre chemin, ok mais il faudra revenir avec un peu de matériel pour dégager un peu les jeunes arbres ....





et le 1er point principal de notre reconnaissance.....un chemin en descente qui mène à un petit parc de cerisiers...
le chemin existe sur certaines carte mais pas sur d'autres !

donc on va voir !!!!!!

descente : 40° ! on rigole et on s'accroche aux branches et à tout ce qu'on peut.


on arrive au parc (en construction)


mais on voudrait voir plus bas s'il y n'a pas une autre entrée !!



on redescend ..un peu plus doux cette fois.

on arrive..................mais pas là où on avait prévu !

on se retrouve entre un cimetière et un restaurant !!

point de situation et petite pause !
on s'est trompé de quelques mètre en descendant.


pause fini on reprend le bon chemin, évaluation de la difficulté, photos pour le rapport au reste de l'équipe etc ....

arrivée tout en haut : 12H00 oui c'est très précis....ici la mairie de la ville voisine sonne à 12H00

question : on prend le repas ici ou plus loin ?

fausse question....M.Oliuchi me regarde avec une étincelle dans les yeux et me dit:
"on peut aller manger sur le Mont Kenashiyama (1500M) c'est pas très loin"
et il complète...."c'est un peu dur mais on a une très belle vue"

ok .!!

je suppose qu'il avait prévu le coup !

et nous voilà reparti.

en route on croise plusieurs fois la piste d'un cerf.

effectivement, c'est dur !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
le chemin / piste coupe direct à travers la montagne en ligne droite !



arrivée à la moitié, M.Oliuchi me dit qu'il est fatigué....à demi mot...à la japonaise !

donc repas, photo et baptême de ce petit sommet répertorié mais qui ne porte pas encore de nom
il s'appelle "panorama" j'avais proposé "skarétayama"...à peu près: "la montagne fatiguante"...mais c'était pas assez pro !!

repas fini on repart !!



et voilà le 2ème point principal de notre reconnaissance.

un ancien chemin qui coupe la montagne pour arriver directement dans notre village.
impossible de le trouver.
il a été abandonné depuis trop longtemps.

on retrouve la piste du cerf, photo etc ...


jeune arbre mangé par le cerf juste quelques minutes avant notre arrivée

et alors qu'on cherche un possibilité de refaire le chemin !!!!

le cerf devant nous...malheureusement trop loin pour une photo...

on reste comme deux gamins à le regarder nous regarder pendant quelques minutes qui semblent à la fois longue et courte.
sans doute un jeune male....on dirait qu'il porte des petit bois

le pelage est très foncé limite noir, M.Oliuchi m'explique que c'est le pelage d'hiver .
et on décide après quelques minutes de réflexions, de suivre la piste du cerf à travers .....euh la forêt ....plutôt sauvage a cet endroit.


nous voilà au beau millieu de nulle part, pas de chemin, pas de rivière, juste des éboulis, des arbres morts etc ...
pas grave on continue


on tombe enfin par hasard sur un chemin de bucheron, on le suit jusqu'à trouver une rigole d'évacuation/ de sécurité en cas de grosse crue de la rivière.

on suit cette rigole qui doit mener directement dans notre village.

arrivée au village 14H30 environ.

super expérience !
mon premier duo en montagne avec un japonais.

la langue n'est pas toujours un problème ! on se débrouille !!!!!

un grand merci !!!!!!

lundi 26 janvier 2009

Fiche 29: le nata japonais



Le nata est « the » outil/ couteau multi fonction au Japon.
D’ailleurs sur internet, on le trouve sous les noms suivant : couteau de chasse, fendoir japonais, hachette japonaise, machette japonaise, hachoir à viande etc …
C’est dire qu’il a servi à tout pendant de très nombreuses années.
Aujourd’hui il est surtout utilisé dans la campagne (au jardin, dans les champs, en forêt etc …) mais comme la plus grande partie de la population des villes vient de la campagne, autant dire que presque tous les japonais (et japonaise) l’a déjà eu dans les mains !!!

Il en existe plusieurs tailles :
J’en possède trois 





Je pense que c’est un très bon outil qui peut avoir sa place comme outil / couteau en survie car ici on en trouve PARTOUT !!! même dans certain supermarché !!


du plus grand et gros au plus petit (que je vais présenté):


celui du milieu fait partie d'un "kit" de randonnée , c'est à mon avis le plus maniable, le plus équilibré ...même si j'ai un peu refait le manche pour qu'il soit plus agréable.

le plus gros est lourd....très bon pour du travail un peu .......bourrin !! fendre des buches, batonnage ou attaques en règle de certaines poussent sauvages

le plus petit, très léger (peut-être un peu trop léger pour certains travaux), très maniable
son vrai point faible c'est le manche, trop glissant, et peut-être même un peu trop court.


Voici une petite présentation du plus petit qui me suit toujours en randonnée




Description :
Longueur totale : 30 cm
Longueur de la lame : 15 cm
Largeur de la lame : environ 4 cm
Épaisseur de la lame : (pas vérifiée !!!) environ 5mm
Poids : inconnu.


Une chose est sûre : ça coupe bien et presque tout !!!!!
Le profil de la lame ressemble à celle des couteaux scandinaves.




dimanche 25 janvier 2009

Fiche 28 : les sifflets de détresse.

Au Japon, on vend des sifflets de détresse dans beaucoup de magasins et de plus en plus de sacs à dos (même en France) sont équipés sur la sangle de poitrine d'un sifflet intégré dans la boucle rapide.









ces sifflets servent à se signaler en cas de...............détresse, c'est à dire en cas d'accident (chute grave, membre cassé....................)
- afin de signaler sa présence.
- pour guider les secours (on n'est pas toujours visible dans la végétation !)


celui qui je prend en rando

je ne sais pas s'il existe un code international de détresse amis on m'a souvent conseillé de siffler 3 coups assez long à la suite (- - - ) puis s'arrêter, attendre un peu et recommencer.
en gros 3 coup par minute.






il existe également le code morse pour S.O.S

. . . _ _ _ . . .





donc un sifflet n'est pas un accessoire inutile !!!!!

samedi 24 janvier 2009

Fiche 27 : couteau outdoor style knife



Je pense que c'est un couteau produit par la société japonaise Captain Stag (qui fabrique du matériel outdoor)




c'est mon premier couteau japonais.

Mes impressions :



Avantages:

très bon marché
coupe très bien
léger et agréable à tenir





Inconvénients:

émouture chisel (affuter d'un seul côté) donc un peu difficile d'utilisation au début
un peu fragile
un peu gadget (morse dessiné sur le manche, clé à boulon sur la lame ...)





étui de ceinture en plastique

vendredi 23 janvier 2009

Fiche 26: les lampes




Avoir une lampe avec soi est vraiment utile: si la nuit tombe, si on découvre une grotte, pour se signaler en cas de détresse ..............

je possède 2 lampes:
une lampe torche LED à faisceau réglable et une lampe frontale.








pourquoi 2 types différents ?

en général, je prends la lampe torche: elle éclaire mieux, le faisceau est réglable pour bien voir de prêt ou de loin...........important.


la frontale me sert surtout pour marcher la nuit ou travailler dans le noir ou l'obscurité.



il n'est pas nécessaire de prendre une lampe très chère.
il faut surtout qu'elle éclaire suffisamment pour bien voir la nuit, qu'elle soit étanche (au moins un peu) et pas trop lourde.

et ne jamais oublier un jeu de piles d'avance !!!!!!

jeudi 22 janvier 2009

Fiche 25: couteau Helle Harding










Données fabricant:

longueur totale: 21 cm
longueur de la lame : 10 cm


c'est un couteau norvégien, avec une émouture en V (scandinave)



Mes impressions:


Avantages:

léger
discret
s'affute bien et coupe très bien
très bon couteau pour les travaux moyens ou de précision.




Inconvénients:

pas de garde, donc faire attention aux doigts.
le type de montage (soie traversante) n'en fait pas un couteau de camp, ne supporterait un batonage violent.



bel étui en cuir solide pour ceinture fine.

 

mercredi 21 janvier 2009

autre exemple de bushcraft ludique













un peu plus difficile !!!

dans un seul bloc de bois, j'ai taillé une bille de bois insérée entre des barreaux !!!

pas de collage, ou de rajout !!

deux modèles :un grand et un petit style porte-clés !




vendredi 16 janvier 2009

Fiche 24: couteau Puma Outdoor Hunter



Données constructeur:

numéroté
longueur totale: 23,5 cm
longueur de la lame: 12 cm

c'est un ancien modèle de chez Puma.



Mes impressions:

Avantages:

mélange de couteau de chasse et de couteau de randonnée.
il est solide, une seule pièce.
manche en bois de cerf riveté.
agréable à tenir en main (peut-être prévoir un coup de papier à poncer sue le manche pour casser/adoucir les arrêtes du bois de cerf)
assez bien équilibré.





Inconvénients:

ne coupe presque pas à l'achat
assez difficile à affuter
n'est pas très discret malgré sa taille et son profil.


bel étui de ceinture en cuir solide.




Fiche 23: le tabac

juste quelques lignes sur le tabac...........................
personnellement je ne fume pas !

- lors d'une randonnée, la consommation de tabac diminue les capacités respiratoires et, par conséquent, augmente la fatigue.

- les animaux sentent l'odeur du tabac, donc de la présence humaine et se cachent...................donc pas de rencontre (sauf animal enrhumé !)

- le tabac diminue l'odorat: donc moins de profit des odeurs de la nature (fleurs, arbres ....)

- ne jamais jeter son mégot par terre: risque d'incendie ou de blesser un animal.......... on un enfant qui passera après.

- bien écraser son mégot et le ramener avec soi afin de laisser le lieu propre.

- essayer au maximum de ne pas jeter ses cendres n'importe où, prévoir un cendrier de poche ou une petite boite

Fiche 22 : le repas

lors d'une sortie type randonnée sur 1 ou plusieurs journées, il est un aspect à ne surtout pas oublier : le repas ou les repas.

bien sûr on peut "médicalement" tenir quelques jours sans manger et en vivant sur ses réserves.

mais lorsqu'on marche on a besoin d'énergie...............et parfois de réconfort !!

donc, à mon avis, le repas doit faire du bien au corps et au cœur ou à l'esprit.

prévoir de la nourriture qui redonne de l'énergie et qui fasse plaisir...........
le temps du repas fait 100% partie de la sortie.

ici, au japon, j'ai vu plusieurs fois des randonneurs, arrivés sur leur objectif, manger un "onigiri" (boule de riz) et repartir.
même si le riz est consistant, je pense que ça ne suffit pas et ensuite .......où est le plaisir ?
les employés de la mairie mangent la même chose pour pouvoir continuer de travailler pendant leur pause de midi!!!!!

penser également à un petit truc sucré (fruit, gâteaux ..)

..................éviter la glace en été...................difficile à transporter !!!

prévoir suffisamment de boisson, de l'eau en particulier

l'alcool n'apporte rien (sauf comme désinfectant)
de l'avis de montagnard que je connais, en hiver l'alcool réchauffe quelques minutes et après le froid est ressenti plus durement..............à moins d'être bien imprégné !

de plus l'alcool diminue les réflexes et l'odorat.........ce qui est dommage quand on est en pleine forêt !!

Fiche 21 : couteau Gerber Big Rock Camp article modifié le 02 oct 09


Donnés fabricant:


longueur total: 23,9 cm
longueur de la lame : 10,8 cm
acier: 440 A





Mes impressions:





Avantages:


couteau bon marché.
bon couteau de camp
solide, fabriqué d'une seule pièce
agréable à tenir
supporte bien le batonage




Inconvénients:

il faut le réaffuter dès l'achat (il coupe mais c'est tout)
la lame est large ce qui exclu les travaux de précision (il n'est pas fait pour ça)
le manche en caoutchouc (grip) s'abîme facilement mais il peut être changer car vissé sur la lame

l'étui n'est pas beau mais il est solide et permet un port sur ceinture large.








modification du 02 octobre 09:

depuis deux ans que je possède ce couteau, j'ai toujours eu l'occasion de le tester en randonnée en forêt ou par des test précis.

mais hier j'ai pu le tester en préparation de bivouac.
c'est à dire que j'ai pu utilisé ce couteau pour ce qu'il est: un couteau de camp.

il a donc eu droit à du travail de préparation de mon bivouac, c'est à dire: élagage pour dégager un coin pour la tente, préparation de bois pour le feu, et divers petits travaux nécessaires.
le tout sous temps sec puis sous la pluie, en pleine journée et en pleine nuit brumeuse et à environ 10°c.

donc, maintenant je peux vraiment dire que c'est un BON couteau de camp, très efficace

il ne faut pas chercher à avoir un tranchant rasoir comme je l'ai fait, on n'y arrive pas vraiment et ce couteau n'est pas fait pour ça.

même à la volée il est efficace, mais quelques centimètre de plus ne seraient pas un luxe à ce niveau.

en acceptant une émouture pas trop fine on peut le réaffuter assez facilement même avec une pierre de mauvaise qualité.

donc mon avis est complètement modifié concernant ce couteau !!

par contre, je continue de dire que le caoutchouc qui sert de manche est vraiment mauvais, le mien tombe déjà en lambeaux !!!!!!!!!
si j'arrive (pas facile) à dévisser ce manche en plastique, je vais essayé d'en faire un en bois !!